Nicola Sirkis en tournée : "L'aventure Indochine c'est une histoire miraculeuse"

05 juillet 2018

Depuis près de 40 ans, Nicola Sirkis porte Indochine avec toujours la même ferveur et le même engagement. Le groupe est suivi par des générations de fans et se renouvelle sans cesse. Il poursuit son "13 Tour" en France jusqu'à la fin du mois de décembre 2018. Invité sur le plateau du magazine de France 2, "20h30 le dimanche", le chanteur interprète en fin d'émission le titre "Station 13".

Du premier tube "L'aventurier" aux "Yeux noir" en passant par "Trois nuits par semaine", ou plus récemment "J'ai demandé à la Lune", Indochine a connu des hauts et des bas mais n'a jamais fait de pause. Le groupe est en tournée jusqu'au 21 décembre avec son nouvel album baptisé "13" (déjà triple disque de platine). Mené par Nicola Sirkis depuis les années 1980, le chanteur du groupe était l'invité ce 24 juin de Laurent Delahousse sur le plateau de 20h30 le dimanche. S'il est en promo, le musicien n'oublie pas ses engagements et l'actualité. Il a réagi à certains faits marquants de ces dernières semaines. 
Nicola Sirkis invité de 20h30 le dimanche

"La misère des réfugiés"

A propos de l'Aquarius et de l'arrivée des réfugiés, le chanteur d'Indochine rappelle que l'Europe a envahi le monde pendant des années et des siècles avec ses colonies. "On réveille en ce moment ce qu'il y a de pire dans l'être humain, c'est à dire l'égoïsme". 

"La vielle France homophobe et raciste"

Nicola Sirkis dénonce toutes les polémiques stériles autour d'Emmanuel Macron. D'abord il y a eu ce recadrage d'un adolescent qui interpelle le Président avec un "Manu", une anecdote selon le chanteur. "Il n'a pas tort quelque part. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, on est en 2018, les règles ont changé." Et puis la polémique autour de la Fête de la Musique. Il y a quelques jours, Emmanuel et Brigitte Macron ont en effet été lourdement critiqués pour avoir reçu des danseurs noirs et homosexuels à l'Elysée. De nombreux membres de l'opposition ayant critiqué un cliché du couple présidentiel posant avec eux. Le chanteur d'Indochine s'inquiète de la "levée conservatrice" de plus en plus présente et bruyante en France et en Europe, des valeurs qui ne sont pas celles de son groupe : "C'est une vieille France qui parle comme ça. C'est à la fois homophobe, raciste et ce n’est pas ça que nous, on a envie d'entendre, qu'une partie de la jeunesse a envie d'entendre." 

"Trump c'est désespéré" 

Le leader du groupe Indochine évoque aussi cette présentatrice d'un JT américain qui a fondu en larmes en annonçant que l'administration Trump séparait les enfants de migrants et leur mère sur le sol américain. "Trump, c'est un cas tellement désespéré qu'il n'y a même pas besoin d'en parler. C'est tellement pitoyable." 

Indo et ses fans 

Créé en 1981 par Nicola Sirkis et Dominique Nicolas, Indochine semble doté d'une jeunesse éternelle. C'est sur scène, au plus près du public que Nicola Sirkis se régénère et trouve son équilibre. A 59 ans, le leader aux cheveux ébouriffés (blond platine aujourd'hui), chouchoute ses fans. Sur la tournée de "13", il offre des places VIP par simple tirage au sort  "Une musique ça se partage, qu'importe la classe sociale", assure le musicien. 

Indochine live "La Station"

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article